Poitiers19 septembre 1356

Face aux chevauchées du Prince Noir, Jean le Bon ne peut réagir car il manque d'argent. Il réunit les états généraux en 1356 afin de lever une armée. Pour poursuivre les Anglais efficacement, il ne garde que les cavaliers, plus rapides. Le combat se déroulera au sud de Poitiers, sur un terrain accidenté et coupé de haies, Jean II le Bon décida que le combat se ferait à pied. Croyant à une fuite des Anglais, les Français s'engagent dans un chemin bordé de haies, devenant ainsi une proie facile pour les archers anglais. Par la suite, les deux corps de batailles s'engagent dans le désordre. La bataille tourne rapidement à l'avantage du Prince Noir. Sentant la défaite s'approcher, Jean le Bon décide d'envoyer ses trois fils aîné vers Chauvigny. Seul le cadet Philippe le Hardi (futur duc de Bourgogne), 14 ans, reste au côté de son père en lui recommandant ces célèbres paroles : « Père, gardez-vous à droite, père, gardez-vous à gauche ! » Mais le roi est rapidement cerné, et même capturé par l'ennemi. La défaite est désastreuse, dix ans après Crécy, le royaume est plongé dans la plus grave crise de son histoire. En l'absence du roi, les états généraux de langue d'oil (états du nord) se réunissent sans attendre et décident de libérer Charles le Mauvais dans l'espoir qu'il protège le pays dans la défaite. Mais le perfide Navarrais entre en contact avec les Anglais pour s'approprier de nouveaux fiefs.

Capture de Jean II le Bon